Rejoignez-nous
Divers

Critique « Ahsoka » : la préférée des fans de Star Wars obtient-elle le spectacle qu’elle mérite ?

Pierre

Date de publication :

le

Critique « Ahsoka » : la préférée des fans de Star Wars obtient-elle le spectacle qu'elle mérite ?

Après deux épisodes, ce n’est pas clair.

Quatre séries d’action réelle dans les offres Star Wars de Disney+, et nous voyons déjà les fissures dans la franchise.

Entre un service de fans étouffant et des choix déroutants comme le retour de Grogu dans Le Livre de Boba Fett, ces émissions ressemblent moins à des événements télévisés qu’à des bombes de savoir imbriquées. Seul Andor – de loin le meilleur du groupe – échappe à ces critiques, grâce à son utilisation minimale de canons préexistants et à sa concentration sur la création (principalement) de nouveaux personnages et mondes. Mais les succès narratifs d’Andor sont-ils une anomalie dans le monde de Star Wars en direct ? Ou un signe de meilleures choses à venir ? (Étant donné que la saison 3 de The Mandalorian a suivi Andor, le jury n’est toujours pas élu.)

Cela nous amène au cinquième spectacle Star Wars en direct de Disney, Ahsoka. Créée par Dave Filoni, la série est centrée sur Ahsoka Tano (Rosario Dawson), la préférée des fans de Star Wars : The Clone Wars. C’est une Jedi avec une relation compliquée avec l’Ordre Jedi, et elle a désormais pour mission d’empêcher une grande menace de revenir dans la galaxie.

Ahsoka ne perd pas de temps à se lancer dans cette aventure, les deux premiers épisodes étant mis à la disposition des critiques faisant allusion à des rythmes de personnages prometteurs et à des extensions de la mythologie de Star Wars. Cependant, les fissures que nous avons constatées dans d’autres séries demeurent, en particulier en ce qui concerne le service aux fans et une dépendance excessive à l’égard des propriétés Star Wars antérieures.

Ahsoka est un régal pour les fans de Star Wars Rebels – avec une barrière d’entrée élevée pour tout le monde.

Lorsque nous rencontrons Ahsoka pour la première fois dans sa propre série, elle est à la recherche d’une carte stellaire importante : celle qui mène au grand amiral Thrawn (Lars Mikkelsen), héritier de l’Empire. Si des loyalistes impériaux ou des Sith trouvaient la carte en premier, ils pourraient ramener Thrawn et détruire la Nouvelle République pour laquelle la Résistance s’est battue si durement.

Pour l’aider dans sa quête, Ahsoka se tournera vers d’anciens alliés comme le général Hera Syndulla (Mary Elizabeth Winstead) et la guerrière mandalorienne Sabine Wren (Natasha Liu Bordizzo). Si vous avez regardé Star Wars Rebels (co-créé par Filoni), entendre ces noms vous ravira sans aucun doute, alors que la série Disney+ Star Wars poursuit sa tendance consistant à amener des personnages de séries animées en action réelle.

Si, comme moi, vous n’êtes pas aussi familier avec Rebels ou The Clone Wars, ces personnages signifieront moins pour vous lorsque vous les rencontrerez pour la première fois. Heureusement, la série est capable de vous mettre au courant de la façon dont chacun interagit les uns avec les autres, en étoffant leurs antécédents rebelles et les sacrifices qu’ils ont consentis dans leurs efforts contre l’Empire. L’exposition peut parfois être moins qu’habile, y compris un hologramme maladroit du Jedi Padawan disparu Ezra Bridger (Eman Esfandi), mais pour l’essentiel, Ahsoka fait le travail.

Que la série doive faire le travail est une tout autre affaire. Comme nous l’avons vu avec des séries Star Wars telles que Le Livre de Boba Fett et Obi-Wan Kenobi, on a le sentiment de lier frénétiquement les fils de l’intrigue d’autres séries et films, au lieu d’essayer de forger quelque chose de nouveau. Les histoires de Star Wars se forgent désormais dans l’écart entre d’autres contes préexistants ; On leur fait rarement confiance pour se débrouiller seuls. En conséquence, regarder les premiers épisodes d’Ahsoka peut parfois ressembler aux pires moments du visionnage d’émissions Star Wars ou MCU : si vous n’avez pas fait vos devoirs avant de regarder, vous vivrez une expérience moins enrichissante.

Il n’est donc pas surprenant que l’aspect le plus intéressant de la première de deux épisodes d’Ahsoka soit une révélation totalement absente de Rebels. Dès le début, nous apprenons qu’Ahsoka a autrefois encadré Sabine comme son Padawan, pour ensuite s’éloigner d’elle. Nous ne savons pas pourquoi l’un ou l’autre incident s’est produit, seulement qu’il a créé une division entre les deux. La fracture constitue un miroir fascinant de l’apprentissage Jedi d’Ahsoka, à l’époque où elle était Padawan d’Anakin Skywalker (Hayden Christensen) avant de quitter l’Ordre. (Oui, une connaissance de base de The Clone Wars est utile ici.)

Avec Sabine, Ahsoka a la chance de revisiter les erreurs de son passé et de faire partie d’une relation maître-apprenti qui pourrait ne pas se terminer par une tragédie – une rareté pour Star Wars. Regarder ces deux-là s’efforcer de se réconcilier constitue un noyau émotionnel fort pour Ahsoka, tandis que la promesse d’apprendre comment ils sont devenus en désaccord s’avère la raison la plus impérieuse de continuer à regarder. En espérant que la série approfondisse les premières tentatives de Sabine pour devenir un apprenti Jedi, sinon leur dynamique dans les deux premiers épisodes ressemblera à un énorme gaspillage de potentiel.

Pourquoi faire un Ahsoka en live-action en premier lieu ?

Ahsoka Tano se tient les bras croisés devant une carte éclairée en orange.

Je connais peut-être moins bien The Clone Wars et Rebels, mais je peux toujours apprécier les différences entre l’animation et l’action réelle – et me demander pourquoi les gens sont si souvent désireux de passer de la première à la seconde. Star Wars a un palmarès décent ici, avec des personnages comme le dirigeant et guerrier mandalorien Bo-Katan Kryze, joué en direct et en animation par Katee Sackhoff. Cependant, Ahsoka est le premier personnage d’action animé devenu live à diriger sa propre série, et c’est ici que nous voyons certaines des limites de cette traduction entre les médiums.

Les limites sont plus évidentes dans les séquences d’action, qui manquent des acrobaties et du dynamisme à grande vitesse des combats animés d’Ahsoka. Cette itération d’Ahsoka est plus ancienne et certainement moins susceptible d’utiliser des astuces Jedi flashy, mais malgré cela, ses combats au sabre laser manquent d’une grande partie du caractère des autres combats d’Ahsoka que nous avons vus. Ahsoka réduit également l’expression émotionnelle de son protagoniste au point où Dawson doit maintenir un état de stoïcisme quasi constant. Cette attitude peut s’expliquer par d’autres explorations du passé d’Ahsoka, mais pour l’instant, elle apparaît décevante comme une seule note.

Les visuels de l’exposition sont également d’une grande importance, avec des extérieurs délavés dans des tons fades de gris ou de beige. On a rarement l’impression qu’un personnage peut véritablement interagir avec son environnement plus vaste, créant une déconnexion qui vous fera aspirer à l’éclat de Star Wars animé. Même les séquences visuellement impressionnantes s’efforcent de retrouver la magie d’autres scènes de Star Wars, meilleures ; un combat entre des officiers de la République et les Dark Jedi Baylon (Ray Stevenson) et Shin (Ivanna Sakhno) ressemble à une version moindre du massacre de couloir de Dark Vador dans Rogue One.

En fin de compte, c’est ce même sentiment d’essayer de reconquérir le passé, qu’il s’agisse de Rebels ou de The Clone Wars, qui entraîne Ahsoka vers le bas. Le reste de la saison au-delà des deux premiers épisodes pourrait très bien me prouver le contraire, et j’accueillerais volontiers cette évolution. Mais pour l’instant, la série ressemble plus à la saison 5 de Rebels qu’à la saison 1 d’Ahsoka, et cette distinction ne rend pas service à son protagoniste bien-aimé au lieu de lui rendre justice.

Les deux premiers épisodes d’Ahsoka seront diffusés le 22 août à 21 heures sur Disney+, avec de nouveaux épisodes tous les mardis.

Pierre, plus connu sous son pseudonyme "Pierrot le Fou", est un rédacteur emblématique du site Indigo Buzz. Originaire d'une petite ville du sud-ouest du Gers, cet aventurier des temps modernes est né sous le signe de l'ombre en 1986 au sommet d'une tour esotérique. Élevé dans une famille de magiciens-discount, il a développé un goût prononcé pour l'excentricité et la magie des mots dès son plus jeune âge. Pierre a commencé sa carrière de rédacteur dans un fanzine local dédié aux films d'horreur des années 80, tout en poursuivant des études de communication à l'Université de Toulouse. Passionné par l'univers du web, il a rapidement pris conscience de l'impact du numérique et des réseaux sociaux sur notre société. C'est alors qu'il a décidé de troquer sa collection de cassettes VHS contre un ordinateur flambant neuf... enfin presque.

Cliquer pour commenter
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2014-2023 - Indigo Buzz, site d'actualité collaboratif abordant les sujets comme l'high-tech, le web, les jeux vidéo, lifestyle ou encore le mobile !