Rejoignez-nous
Divers

L'affaire des 500 millions de dollars d'indemnités de départ impayées de X est classée, mais elle n'est peut-être pas terminée

Pierre

Date de publication :

le

L'affaire des 500 millions de dollars d'indemnités de départ impayées de X est classée, mais elle n'est peut-être pas terminée

Les plaignants disposent de trois semaines pour modifier leur plainte.

X (anciennement Twitter) et son propriétaire Elon Musk ont ​​échappé à un procès pour indemnités de départ impayées de 500 millions de dollars, en demandant avec succès à un tribunal californien de classer l'affaire. Malgré tout, cela ne signifie pas que l'affaire est terminée.

Un juge du tribunal de district a rejeté mardi le recours collectif, acceptant l'argument des défendeurs selon lequel le plan de licenciement de X n'était pas régi par la loi sur la sécurité du revenu de retraite des employés (ERISA). Les plaignants ayant accusé X et Musk d'avoir violé l'ERISA, cette constatation selon laquelle elle ne s'applique même pas a mis un terme à leur affaire.

Le tribunal n'a toutefois pas statué sur les faits de l'affaire. En fait, le juge a explicitement déclaré que les plaignants pouvaient modifier et déposer à nouveau leur plainte en invoquant d'autres griefs tels que la rupture de contrat ou la préclusion.

Initialement déposée en juillet dernier, la plainte accusait X et Elon Musk de ne pas avoir rempli leurs obligations en matière d’indemnités de départ envers environ 6 000 anciens employés. Elon Musk a commencé à procéder à des licenciements massifs quelques jours seulement après avoir acquis Twitter en octobre 2022, réduisant ses effectifs d’au moins 70 %.

La plainte alléguait que les employés licenciés n'avaient reçu qu'un seul mois d'indemnité de départ, ce qui était inférieur aux avantages détaillés dans le plan de licenciement de l'entreprise. Ce plan était en place depuis au moins 2019, l'accord de fusion de Musk ayant stipulé que les employés recevraient des indemnités de départ et des avantages « non moins favorables » que ceux offerts immédiatement avant son rachat.

À ce titre, les plaignants ont accusé X et Musk d’avoir violé l’ERISA en refusant des prestations, en manquant à leur devoir fiduciaire et en ne fournissant pas d’informations complètes et exactes sur le plan de départ.

X et Musk n'ont pas spécifiquement réfuté les allégations selon lesquelles l'entreprise aurait refusé de verser des droits aux employés. Au lieu de cela, les défendeurs ont réussi à cibler des questions de compétence.

Pour qu'un plan d'indemnités de départ soit couvert par l'ERISA, il doit comporter un « programme administratif continu » en vertu duquel les demandes et les prestations de départ sont déterminées. Le tribunal a estimé que le plan de X n'impliquait aucun programme de ce type car il déterminait l'indemnité de départ en appliquant des formules prédéfinies et des calculs mathématiques plutôt que d'exiger une analyse discrétionnaire au cas par cas. Par conséquent, l'ERISA ne s'applique pas.

En fait, le rejet de cette affaire ne signifie pas nécessairement que X a payé toutes les indemnités de licenciement qu'elle doit légalement aux plaignants. Cela signifie simplement qu'ils devront peut-être s'adresser à X pour des réclamations telles que la rupture de contrat au lieu de la violation des lois fédérales du travail. Les plaignants ont trois semaines pour déposer une plainte modifiée détaillant toutes les réclamations qu'ils pourraient avoir qui ne sont pas liées à l'ERISA.

Que les plaignants déposent ou non une nouvelle plainte, les déboires judiciaires de X autour des licenciements ordonnés par Elon Musk sont loin d'être terminés. Un groupe d'anciens dirigeants de Twitter avait déjà déposé une plainte pour indemnités de licenciement de 128 millions de dollars en mars, un autre en avait déposé une de 19,3 millions de dollars en avril, et en septembre dernier, Elon Musk avait accepté un règlement concernant les réclamations d'indemnités de licenciement impayées de près de 2 000 anciens employés. L'ordonnance de mardi a noté qu'au moins six poursuites ont été intentées contre X concernant les indemnités de licenciement, ainsi que cinq relatives aux salaires et à la discrimination.

Article précédent

Quelle est la dernière Xbox ?

Pierre, plus connu sous son pseudonyme "Pierrot le Fou", est un rédacteur emblématique du site Indigo Buzz. Originaire d'une petite ville du sud-ouest du Gers, cet aventurier des temps modernes est né sous le signe de l'ombre en 1986 au sommet d'une tour esotérique. Élevé dans une famille de magiciens-discount, il a développé un goût prononcé pour l'excentricité et la magie des mots dès son plus jeune âge. Pierre a commencé sa carrière de rédacteur dans un fanzine local dédié aux films d'horreur des années 80, tout en poursuivant des études de communication à l'Université de Toulouse. Passionné par l'univers du web, il a rapidement pris conscience de l'impact du numérique et des réseaux sociaux sur notre société. C'est alors qu'il a décidé de troquer sa collection de cassettes VHS contre un ordinateur flambant neuf... enfin presque.

Copyright © 2014-2023 - Indigo Buzz, site d'actualité collaboratif abordant les sujets comme l'high-tech, le web, les jeux vidéo, lifestyle ou encore le mobile !