Connect with us

Jeux vidéo

Test de Q.U.B.E: Director’s Cut (PS4)

Date de publication :

le

qube

Initialement sorti sur PC en 2011, Q.U.B.E refait parler de lui lors de sa sortie sur les consoles de nouvelle génération en juillet 2015. Proposé au prix de 9,99€ sur le Playstation Store, ce jeu vous fera vivre une expérience originale dans laquelle votre réflexion devra tourner à plein régime.

Le concept

Q.U.B.E est un puzzle-game, c’est-à-dire que le joueur doit résoudre des énigmes, des puzzles afin d’avancer dans l’aventure qu’on lui propose. Au début du jeu, vous incarnez un personnage qui se réveille dans un ascenseur fait de cubes blancs. Puis vous obtenez des gants qui vont vous être bien utiles. En effet, ce sont eux qui vont vous permette d’interagir avec le décor et ainsi résoudre les niveaux.

qube

Le décor du jeu

Le joueur, immergé dans le jeu grâce à une vue subjective, pourra, par l’intermédiaire de ces gants, bouger des éléments du décor. Cependant, tout le décor n’est pas interactif. Les cubes pouvant être déplacés sont matérialisés par différentes couleurs, chacune représentant une action du bloc qui lui est propre. Par exemple, les rouges pourront être tirés ou poussés, les jaunes feront des escaliers et les violets feront pivoter tout un pan du décor.

Les différents blocs

Les différents blocs

Les niveaux

Concernant les niveaux, ils sont répartis en séquence, chacune ayant une thématique. Par exemple, vous évoluerez dans le noir complet avec seulement certains blocs éclairés, vous devrez envoyer une boule dans un endroit bien précis, etc. Si la première séquence sert un peu de tutoriel, la difficulté augmente peu à peu de manière constante, ce qui est agréable. De nouveaux blocs sont introduits au fur et à mesure pour pimenter le jeu. J’ai fortement aimé les niveaux. La difficulté est au rendez-vous sans pour autant que les niveaux soient impossible à réaliser au point de nous faire détester le jeu. Quelquefois, une petite réflexion de 5 min permettra de venir à bout d’un puzzle récalcitrant. Et ceci est fortement appréciable. C’est avant tout ce qu’on recherche dans un puzzle-game. Réfléchir, mais pas trop non plus. Pour moi, le jeu est réussi de ce côté là. Cela dit, je suis un grand fan de puzzles et casse-tête en tous genres. En ce qui concerne le gameplay, on va dire qu’il est plutôt simpliste mais efficace. On peut, heureusement, se déplacer dans toutes les directions, sauter, et interagir avec des blocs. On n’en demande pas plus pour un puzzle-game, c’est suffisant.

Les graphismes

Passons maintenant à l’aspect graphique du titre. Si maintenant le rendu visuel est très important pour certains, ici, le graphisme est sobre. Comme le nom du jeu le laisse entendre, nous évoluons dans un univers constitué de cubes, du moins au début. Le jeu mise avant tout sur son côté sobre, épuré et simpliste. Si dans les premiers niveaux tout est en ordre, au fil du jeu, le décor va changer et même se dégrader. Le chaos va peu à peu prendre la place de l’ordre et cette progression est en accord avec la difficulté des niveaux. Je m’explique, plus on avance dans le jeu, plus le décor devient chaotique, tout comme les niveaux dont la difficulté augmente. Les cubes ne sont pas toujours cubiques !

De plus, certaines fois, ce jeu m’a fait penser à Portal, de part son environnement cloisonné, le fait qu’une voix nous parle et son gameplay un peu similaire dans les interactions. Cependant, ce sont deux jeux totalement différents mais je conçois qu’un rapprochement peu se faire, surtout en ce qui concerne l’ambiance. Puis d’autres fois, cela m’a rappelé certaines cartes de parcours sur Minecraft. Certainement que l’aspect cubique du titre m’a permis de faire ce rapprochement mais je l’avoue, c’est un peu tiré par les cheveux. Quoi qu’il en soit, ce jeu n’a rien à voir avec Minecraft.

Même si cela n’a rien avoir avec les graphismes, je vais parler des sonorités du jeu. Cela va être rapide, hormis la voix qui nous parle de temps en temps, il n’y a aucune musique dans le jeu. Il y a seulement des bruitages quand on interagit avec les blocs ou lorsqu’on saute. J’ai été déçu sur cet aspect de Q.U.B.E.

En conclusion, le graphisme simpliste du jeu permet de mettre en avant son côté puzzle. Néanmoins, le visuel est agréable à l’œil et donne une ambiance singulière.

qube

Un parcours chaotique

La durée de vie

Une autre chose très importante lorsqu’on joue à un jeu, la durée de vie de celui-ci. Dans le cas de Q.U.B.E, comptez environ 5h pour le finir. Le jeu n’est pas très long, mais je pense que le prix est correct par rapport à sa durée. Cependant, des niveaux cachés sont parsemés dans le jeu. Bien qu’ils ne soient pas très compliqués à trouver, il est bien plus difficile de les achever. Ce sont sans aucun doute les niveaux les plus ardus du jeu.  D’aspects simples, ils s’avèrent coriaces et seule une réflexion poussée permettra de les résoudre. Cela rajoute une durée de vie non négligeable au titre. De ce point de vue, je n’ai pas été déçu.

L’histoire

Je termine mon test avec un autre aspect important pour un jeu : l’histoire. C’est là où les choses se gâtent. Non pas que l’histoire ne soit pas bien, de toute façon, je ne pourrais pas vous le dire, c’est seulement que le jeu est entièrement en anglais, et aucun sous-titre n’est présent, que se soit en français ou en anglais. De ce point de vue, c’est décevant surtout que le jeu ressort sur une version PS4. On aurait pu attendre une amélioration de ce côté là. Je ne demande pas les voix françaises mais juste des sous-titres en français qui auraient permis de comprendre convenablement l’histoire dans son intégralité. C’est sûrement le seul gros défaut du jeu.

Mon avis

Ce jeu est un très bon puzzle-game, qui a une ambiance qui lui est propre. Cependant, si vous n’aimez pas réfléchir, passez votre chemin. Je ne pense pas que ce jeu vous plaira. J’ai passé un bon moment sur ce jeu. La difficulté des jeux est bien adaptée. Cependant, l’absence de version française me laisse sur ma faim. Sans ce défaut, le jeu aurait été parfait.

qube

Gamer depuis mon enfance et passioné par le numérique, j’écris des article sur IndigoBuzz sur tous ces domaines.