Rejoignez-nous
Loisirs

Critique de « The Cow »: le thriller de science-fiction de Winona Ryder est un incontournable fascinant

Nicolas

Date de publication :

le

Critique de "The Cow": le thriller de science-fiction de Winona Ryder est un incontournable fascinant

Attention, Gen X. Celui-ci vient pour votre cou.

Cette critique de film manquait à l’origine de SXSW, où ce film était joué sous le titre The Cow. Le titre a depuis été changé en Gone in the Night, qui est mis à jour dans la réédition en salles de cette revue. La seule différence entre les deux critiques est le titre du film.

Dans les années 80 et 90, il n’y avait personne de plus cool que Winona Ryder. Dans des films emblématiques comme Beetlejuice, Heathers et Reality Bites, elle s’est avérée une voix déterminante de l’angoisse et de l’insouciance juvénile de la génération X avec chaque plaisanterie grondante, sourire tordu et regard perçant. Pourtant, même Winona Ryder a grandi et vieilli. Son créneau de casting est passé de It Girl imperturbable à la mère harcelée de Stranger Things. Elle a gardé son sang-froid. Mais dans son dernier film, The Cow, le personnage de Ryder apporte un avantage supplémentaire à une exploration approfondie de notre peur de vieillir et de ne pas être cool.

Co-écrit et réalisé par Eli Horowitz, La vache commence avec un couple mai-décembre dont la relation est devenue difficile. Kath (Ryder) est une botaniste d’âge moyen qui aime les dîners autour du vin avec ses amis intellectuels. Son jeune petit ami Max (John Gallagher Jr., en mode douche hurlante) devient irritable dans de tels contextes. Ses intérêts incluent les casquettes de designer, les bars de plongée et les amis de Kath à la traîne. Un week-end dans une cabane isolée était censé être une chance de se reconnecter. Cependant, lorsqu’un couple d’une vingtaine d’années fait la fête, Kath est obligée de faire face à des vérités fâcheuses sur cette relation.

Après une nuit pleine de maladresse et de flirts troublants, Kath apprend que Max s’est enfui avec l’autre femme (une Brianne Tju incroyablement chaude). Privée et déconcertée, elle essaie de donner un sens à cette trahison, qui la mène au propriétaire grisonnant mais sophistiqué de la cabane, Nicholas (Dermot Mulroney en mode smoke-show). Avec des cheveux poivre et sel, une voix profonde et une appréciation partagée pour faire des imbéciles de jeunes hommes arrogants, il fait forte impression. Mais le scénario d’Horowitz et Matthew Derby s’éloigne en douceur du territoire de la comédie romantique avec une pincée d’éléments de science-fiction et une série de flashbacks qui recadrent tout ce que nous pensons savoir sur cette nuit au chalet.

La vache est trop amusante pour être gâchée en révélant sa véritable prémisse, ou même en expliquant son titre curieux. Vous pouvez appeler cela une comédie romantique sombre, un thriller d’horreur ou un drame de science-fiction et avoir raison, mais pas entièrement. Horowitz et Derby ont conçu un mélange de genre sournois qui rappelle les comédies d’horreur scandaleuses de la jeunesse de Ryder, mais avec un sens du style plus ancré qui rend son acte final vraiment tordu d’autant plus obsédant.

Kath n’est pas une version améliorée d’une adolescente gothique ou d’une méchante fille meurtrière. Elle est douloureusement commune. Kath pourrait être n’importe lequel d’entre nous. Elle était cool une fois « il y a des années » et les rappels constants de cette piqûre. Comme beaucoup avant elle, elle a poursuivi sa jeunesse en pourchassant un jeune amant, mais s’est finalement sentie frustrée par son manque de maturité et de stabilité. Quand son regard se tourne vers Nicholas, fringant homme des bois, il semble que notre botaniste ait trouvé un terreau fertile pour que son cœur s’épanouisse. Viennent ensuite les épines cachées de ce conte.

Les changements de genre et les flashbacks époustouflants rendent impossible de prédire où The Cow nous emmènera. Donc, comme Kath, nous sommes incorrigiblement curieux et embarqués pour le voyage. Le casting de soutien pointu de Gallagher, Tju, Mulroney et Owen Teague crée un paysage d’attitudes générationnelles, allant de la Gen Xer fatiguée du monde à la génération Y dirigée par FOMO en passant par les Zoomers sans merde. Dans un drame de personnages étroitement lié, La vache crée un discours tendu sur le fossé des générations, puis pousse les fissures de ce conflit jusqu’à un point de rupture satirique de fantaisie sombre mais fascinante.

À travers tous ces rebondissements et tournants de genre, Ryder est notre guide fiable. Elle danse habilement à travers la demande d’une blague ironique, d’un sourire mélancolique, d’un regard inquiet. Mais plus que cela, elle porte ce que signifie être « Winona Ryder » à chaque pas. À 50 ans, l’actrice a l’air phénoménale mais indéniablement plus âgée qu’elle ne l’était dans les années 90. Ainsi, lorsqu’un gamin morveux du club souligne son âge, cela pique non seulement parce que nous, les membres plus âgés du public, pouvons le comprendre, mais aussi parce que c’est à Winona Ryder que vous parlez ! Ayez un peu de respect ! Elle a marché avec une attitude et un eye-liner taché pour que vous puissiez courir avec!

Un lien préexistant avec le personnage de Ryder rend l’arc de The Cow d’autant plus dur. Parce que même lorsqu’elle joue une femme ordinaire souffrant d’une série d’indignités liées à l’âge, ce film intelligent nous invite à ne pas raconter mais à nous livrer au fantasme de l’aventure de Kath. Une fois de plus, nous voulons être dans le rôle de Ryder, pour le meilleur, pour le pire, ou Beetlejuice Beetlejuice, Beetlejuice ! Ainsi, à la dernière image de The Cow, nous n’avons pas seulement apprécié la balade – aussi sauvage, secouée et amusante soit-elle. Mais aussi, on se demande si on aurait pris le même chemin.

Avec un esprit sauvage et des rebondissements sophistiqués, The Cow est un incontournable, que vous chérissiez les sensations fortes ou que vous vénériez à juste titre le temple de Winona Ryder.

La vache a fait sa première mondiale au SXSW 2022. Une date de sortie en salles n’a pas encore été annoncée.

Nicolas est journaliste depuis 2014, mais avant tout passionné des jeux vidéo depuis sa naissance, et des nouvelles technologies depuis son adolescence.

Cliquer pour commenter
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2014-2023 - Indigo Buzz, site d'actualité collaboratif abordant les sujets comme l'high-tech, le web, les jeux vidéo, lifestyle ou encore le mobile !