Rejoignez-nous
Divers

« The Traitors » UK est tout aussi amusant que « Succession ». Si vous ne le regardez pas, vous ratez quelque chose.

Pierre

Date de publication :

le

« The Traitors » UK est tout aussi amusant que « Succession ».  Si vous ne le regardez pas, vous ratez quelque chose.

La saison 2 amène les choses à de nouveaux niveaux d’intrigues et de trahison.

C’est vers l’épisode 7 de la deuxième saison de The Traitors UK que j’ai eu une étrange réalisation : j’étais tout aussi enthousiasmé par les nouveaux épisodes que par la saison 4 de Succession, à l’époque où tout le monde parlait de cela.

Ma première réaction à cette pensée ? Honte. Étais-je même en train de penser à comparer l’une des meilleures émissions de télévision de 2023 (probablement de tous les temps) avec une émission de téléréalité ? Étais-je en train d’oublier à quel point j’avais adoré la série primée aux Emmy Awards de Jesse Armstrong ? Était-ce juste un très bon épisode unique de The Traitors qui m’a pris par surprise ?

La réponse honnête à ces deux questions, maintenant que la saison 2 de The Traitors de la BBC est presque terminée, est non. Le spectacle est vraiment aussi bon. Même si je fais juste cela pendant un moment, vous ne pouvez pas le comparer directement à Succession, car – même si les trahisons et les trahisons sont élevées dans les deux – le format et le genre sont si différents. Mais vous pouvez comparer ce que vous ressent un spectacle. Et The Traitors est le genre de série qui vous accroche et ne lâche pas prise tant que vous n’avez pas mangé tout ce qu’il y a à manger.

De quoi parle Les Traîtres ?

En un mot, il s’agit d’un jeu télévisé de meurtre et de mystère de style mafieux se déroulant dans un château écossais, dans lequel un groupe de participants s’affrontent pour atteindre la finale et gagner un prix en espèces. The Traitors est basé sur la série néerlandaise De Verraders et a connu des retombées aux États-Unis et en Australie.

Dans le premier épisode, une vingtaine de candidats ont les yeux bandés et un petit groupe de « traîtres » titulaires sont choisis par l’animatrice Claudia Winkleman (dans la version américaine de Peacock de l’émission, qui est filmée exactement dans le même château. L’animateur est Alan Cumming. ). Cela divise essentiellement les joueurs en deux équipes : les traîtres, dont la mission est de « assassiner » (pas littéralement) le reste des concurrents appelés « fidèles » et d’atteindre la finale sans se faire prendre, et lesdits fidèles, dont la mission est pour identifier et bannir les traîtres avant qu’ils ne soient eux-mêmes arrêtés.

Si tous les fidèles arrivent à la fin du jeu, ils se partagent l’argent qu’ils ont accumulé au cours des missions quotidiennes. S’il se cache parmi eux un traître qui n’a pas été démasqué, alors ils prennent tout l’argent pour eux.

Cela semble assez simple, et la simplicité est une force majeure de la série. Chaque journée au château est découpée en étapes clés. Il y a le petit-déjeuner, où les concurrents attendent nerveusement de voir qui a été tué (c’est-à-dire expulsé du jeu via un décret signé) par les traîtres pendant la nuit ; il y a les missions quotidiennes, dans lesquelles les concurrents doivent mettre leurs différences de côté et relever une multitude de défis physiques et mentaux pour tenter d’augmenter leur cagnotte ; et puis, enfin, il y a le meilleur de la série : la table ronde nocturne où les fidèles ont la chance d’essayer de bannir un traître. C’est généralement le moment où les tensions montent, où les accusations sont lancées sauvagement et où les émotions atteignent leur point d’ébullition. Chaque journée se termine de la même manière, les traîtres restants enfilant des capes noires et se réunissant dans une petite pièce effrayante pour discuter de qui va avoir le coup avant que tout le monde ne se réveille et que le cycle recommence.

Pourquoi The Traitors UK est-il si bon ? À cause des gens.

Alors que la version américaine de The Traitors incluait certaines célébrités de la télévision parmi les candidats, The Traitors UK s’appuie uniquement sur des membres du public. Dans la saison 2, cette tactique a fonctionné de manière phénoménale, car les personnes impliquées – et les relations qu’elles nouent – ​​sont tout aussi divertissantes que tout ce qu’une série scénarisée pourrait évoquer.

Sans aller trop loin dans le territoire des spoilers, cette saison a vu des arcs de héros et de méchants dont Shakespeare lui-même serait fier, des intrigues intenses du chef d’entreprise Paul aux capacités de chasse aux traîtres pratiquement prophétiques du gestionnaire de comptes Jaz (un candidat aux médias sociaux). a par la suite surnommé « Jazatha Christie », un titre largement mérité).

Deux hommes et une femme sont assis autour d’une grande table ronde.

Les personnes impliquées viennent d’horizons divers et leurs propres histoires constituent la toile de fond du jeu principal. Il y a Andrew, le Gallois costaud à qui on a dit qu’il ne marcherait plus jamais après un accident de voiture presque mortel ; Mollie, une mannequin handicapée de 21 ans qui tient à défendre les personnes, comme elle, qui ont des différences de membres ou un sac de stomie ; et Jaz, susmentionné, qui a dû reconstruire sa famille après avoir découvert que son père avait une autre famille secrète ailleurs (« Je reconnais un traître quand j’en vois un », dit-il après avoir raconté l’histoire.)

Au fur et à mesure que la série avance et que nous en apprenons davantage sur les personnes impliquées, nous nous attachons de plus en plus à elles, augmentant les enjeux émotionnels lors des tables rondes et des réunions sur les meurtres. La popularité peut garantir la sécurité d’un traître contre le bannissement, et son absence peut renvoyer un fidèle chez lui. En son cœur, The Traitors est une expérience sociale, révélant peut-être plus de préjugés intériorisés que les joueurs ne le pensaient.

Les Traîtres est une masterclass en visionnage tendu.

Quand j’ai commencé à regarder The Traitors, j’étais un peu confus par la décision de nous montrer qui sont les traîtres dès le début, contrairement à une émission comme The Mole qui oblige les téléspectateurs à la suivre jusqu’à la révélation finale. D’où viendrait le suspense si l’on savait déjà à qui faire confiance ?

Cependant, en continuant à regarder, j’ai réalisé à quel point j’avais tort à ce sujet. Le spectacle fonctionne précisément parce que nous connaissons leurs identités. Il n’y a rien de plus tendu – et parfois de plus drôle – que de regarder les fidèles essayer désespérément de découvrir qui est un traître pendant que nous sommes assis à la maison avec suffisance, sachant s’ils ont raison ou tort. Parfois, je me retrouve à soutenir les traîtres dans ce scénario (qui, en toute honnêteté, ont un travail très stressant à faire), et d’autres fois, je veux que les fidèles les attrapent. Encore une fois, tout dépend des personnes impliquées.

Deux hommes et une femme se tiennent dans une pièce sombre, vêtus de manteaux noirs.

Mais les gens que je veux gagner émergeront-ils avec l’argent dans la saison 2 ? Cela témoigne à quel point la série peut être imprévisible et que je ne connais vraiment pas. Avec un épisode restant, cela pourrait encore aller dans un sens ou dans l’autre. Mais peu importe qui finira par prendre l’argent, je regarderai, accro, avant d’attendre avec impatience de discuter des résultats finaux avec tous ceux qui écouteront. C’est le genre de spectacle dont il s’agit.

Comment regarder : La saison 2 de The Traitors est actuellement diffusée sur BBC iPlayer. Si vous résidez aux États-Unis, vous pouvez le regarder en utilisant un VPN. Ça en vaut la peine.

Pierre, plus connu sous son pseudonyme "Pierrot le Fou", est un rédacteur emblématique du site Indigo Buzz. Originaire d'une petite ville du sud-ouest du Gers, cet aventurier des temps modernes est né sous le signe de l'ombre en 1986 au sommet d'une tour esotérique. Élevé dans une famille de magiciens-discount, il a développé un goût prononcé pour l'excentricité et la magie des mots dès son plus jeune âge. Pierre a commencé sa carrière de rédacteur dans un fanzine local dédié aux films d'horreur des années 80, tout en poursuivant des études de communication à l'Université de Toulouse. Passionné par l'univers du web, il a rapidement pris conscience de l'impact du numérique et des réseaux sociaux sur notre société. C'est alors qu'il a décidé de troquer sa collection de cassettes VHS contre un ordinateur flambant neuf... enfin presque.

Cliquer pour commenter
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2014-2023 - Indigo Buzz, site d'actualité collaboratif abordant les sujets comme l'high-tech, le web, les jeux vidéo, lifestyle ou encore le mobile !