Rejoignez-nous
Divers

La NASA dévoile son avion X. Il survolera les États-Unis à des vitesses extrêmes.

Pierre

Date de publication :

le

La NASA dévoile son avion X.  Il survolera les États-Unis à des vitesses extrêmes.

« Voici notre superbe X-59. »

Il y a plus d’un demi-siècle, les États-Unis ont interdit aux avions commerciaux de survoler le pays à des vitesses supersoniques.

L’interdiction nous a protégés des ondes de choc tonitruantes et violentes créées lorsqu’un avion dépasse la vitesse du son (environ 1200 km/h), événements appelés à juste titre bangs soniques. Pour ceux qui n’ont jamais ressenti une telle explosion atmosphérique provenant d’un engin militaire, c’est comme le bruit d’une explosion, explique la NASA.

Désormais, l’agence spatiale cherche à apprivoiser ces booms. Le 12 janvier, la NASA a dévoilé son très attendu avion X-59, un engin expérimental de près de 100 pieds de long qui zoomera à 925 mph au-dessus de plusieurs communautés américaines. (L’engin volera à 55 000 pieds ; la plupart des avions de ligne commerciaux volent à environ 35 000 pieds.) Plutôt que de créer un coup de tonnerre, les ingénieurs espèrent que l’engin spécialement conçu produira des bruits sourds « à peine audibles », peut-être similaires à la fermeture d’une portière de voiture.

En fin de compte, l’industrie aéronautique pourrait un jour utiliser cette innovation aéronautique pour réduire de moitié les temps de vol à travers les États-Unis ou ailleurs – bien que de grandes questions se posent autour de la viabilité économique du vol supersonique. Imaginez néanmoins passer de Los Angeles à New York en seulement deux heures et demie.

« Aujourd’hui, nous assistons à l’histoire alors que nous déployons le X-59 », a déclaré John Clark, vice-président de l’ingénierie et de la technologie de Lockheed Martin Aeronautics, lors de la présentation de l’avion à Palmdale, en Californie.

Il y a cinq ans, la NASA a attribué à la société aérospatiale Lockheed Martin, qui fabrique également des avions de combat américains, un contrat de 247,5 millions de dollars pour la construction du vaisseau X-59. Il était censé commencer à voler en 2022. Néanmoins, Lockheed a désormais sorti l’avion de son hangar Skunk Works, dans le désert de haute Californie. La plus grande mission s’appelle QueSST, ou Quiet SuperSonic Technology.

Et avec l’agence spatiale et aéronautique accomplie qui dirige l’opération, atténuer considérablement le boom pourrait bien fonctionner.

« La NASA fait un travail sérieux. Elle l’a toujours fait », a déclaré à Indigo Buzz Bob van der Linden, expert en aviation et conservateur superviseur au département aéronautique du Musée national de l’air et de l’espace de la Smithsonian Institution.

« La NASA fait un travail sérieux. Elle l’a toujours fait. »

« Félicitations à la NASA pour avoir travaillé là-dessus. Pour avoir essayé de trouver une vraie solution », a ajouté van der Linden, qui n’est pas impliqué dans la mission X-plane.

Voici l’avion tant attendu. « Voici notre superbe X-59 », Pam Melroy, administratrice adjointe de la NASA et ancienne commandante d’avion et pilote d’essai de l’Air Force, s’est émerveillée devant la révélation de l’avion sur une scène de Lockheed Martin.

L'avion X-59 de la NASA
Une vue aérienne de l'avion X-59 de la NASA.

Comment l’avion X de la NASA va apprivoiser le boom sonique

Pour atténuer les bruits de détonation émis par un avion lorsqu’il franchit le mur du son, les ingénieurs ont utilisé un certain nombre d’innovations de conception sur le X-59 :

  • La forme globale: La structure élégante et allongée du X-59, avec un nez particulièrement long, est conçue pour « propager » les ondes de choc produites lorsque l’engin entre en collision avec des molécules atmosphériques. Si cela fonctionne, l’avion n’enverra pas d’ondes de choc violentes. « Au lieu de cela, tout ce que les gens entendront est un léger » bruit sourd « , s’ils entendent quoi que ce soit », a expliqué la NASA.

  • Moteur: Le moteur unique et puissant de l’avion se trouve au sommet de l’engin, où le grondement ne sera pas dirigé vers la surface de la Terre.

  • Cockpit / Pare-brise : Le X-59 est extrêmement mince, si étroit que le cockpit, situé à mi-chemin en arrière de l’avion, offre une vue étroite et tournée vers l’avant de ce qui nous attend. Heureusement, il existe une solution : le système de vision externe (XVS) de la NASA fournit un affichage haute définition du monde au-delà. « Un moniteur 4K sert de ‘fenêtre’ centrale permettant au pilote de voir en toute sécurité le trafic sur sa trajectoire de vol », a déclaré la NASA.

  • Ailes: Les ingénieurs ont construit l’avion avec des ailes « en flèche », une conception destinée à réduire la traînée.

Un rendu graphique de ce à quoi cela ressemblera en volant dans le cockpit du X-59 avec le système de vision externe de la NASA.

Quand l’avion X de la NASA survolera-t-il les États-Unis ?

L’avion X-59 commencera bientôt à survoler les communautés américaines, mais pas immédiatement. La NASA se préparera à ces vols d’essai cruciaux.

– Les premiers vols : Pendant environ neuf mois, Lockheed Martin effectuera des tests pour prouver la sécurité de l’engin. Ensuite, ils remettront officiellement l’avion à la NASA.

– Vols de validation acoustique : En 2025, l’agence spatiale survolera un polygone d’essai au-dessus de la base aérienne Edwards et de l’Armstrong Flight Research Center en Californie. L’objectif est de « prouver que la technologie supersonique silencieuse fonctionne comme prévu, que les performances de l’avion sont robustes dans des conditions atmosphériques réelles et que le X-59 est sûr pour les opérations dans le système national d’espace aérien », explique la NASA.

– Vols de tests de réponse communautaire : Entre 2026 et 2027, la NASA réalisera de véritables tests. Comment ça sonne? « Cela se fera en survolant certaines villes américaines à partir de 2026 et en demandant aux résidents de partager leur réaction au son produit par le X-59 », a déclaré la NASA.

Cette histoire sera mise à jour lorsque nous saurons où se trouveront ces villes sélectionnées.

Vue d'artiste de l'avion X-59 lors d'un vol d'essai au-dessus des terres américaines

Les défis du vol supersonique

Le dernier avion supersonique commercial, le Concorde, a volé pour la dernière fois il y a plus de deux décennies, en 2003. Il n’a traversé que l’océan Atlantique de manière supersonique et, tout en réduisant de moitié le temps de trajet international en croisière à environ 2 350 km/h, il a finalement échoué économiquement. La route de l’avion était limitée, car il ne pouvait pas survoler la terre ferme. Mais ce n’était qu’une partie du problème.

« Ils n’avaient pas assez de clients à cause du prix élevé des billets », a expliqué van der Linden du Smithsonian. « Les prix élevés des billets étaient dus à la consommation très élevée de carburant. » (Un billet aller-retour – à des prix plus bas depuis des décennies – coûtait environ 12 000 $.)

Le nez d'un modèle X-59 dans une soufflerie lors d'essais chez Lockheed Martin Skunk Works à Palmdale, en Californie.

La mission QueSST de la NASA ne s’attaquera pas au carburant que les moteurs supersoniques avalent. Les constructeurs d’avions et les compagnies aériennes devront presque certainement réduire les coûts de carburant pour même attirer les clients qui peuvent actuellement se permettre les sièges de première classe les plus chers.

« Ils ont encore un long chemin à parcourir », a noté van der Linden. En d’autres termes, ne vous attendez pas à avoir la possibilité d’acheter un billet supersonique avant au moins la prochaine décennie.

« Si cet avion ne rapporte pas d’argent à la compagnie aérienne, elle le garera. »

Certaines compagnies aériennes sont déjà profondément investies dans la réalisation de vols supersoniques. La startup Boom Technology a par exemple construit un avion expérimental qu’elle prévoit de tester depuis le port aérien et spatial de Mojave, dans le désert californien. Boom a également commencé la construction de l’usine qui produira son avion de ligne supersonique, Overture.

Mais aucun engin ne sera capable de voler à des vitesses supersoniques à travers les États-Unis tant qu’une technologie éprouvée ne pourra pas transformer le boom en bruit sourd. Et même dans ce cas, les prix des billets d’une compagnie aérienne devront être suffisamment raisonnables pour un nombre suffisant de personnes.

« N’oubliez pas que c’est une entreprise », a souligné van der Linden. « Si cet avion ne rapporte pas d’argent à la compagnie aérienne, elle le garera. »

Pierre, plus connu sous son pseudonyme "Pierrot le Fou", est un rédacteur emblématique du site Indigo Buzz. Originaire d'une petite ville du sud-ouest du Gers, cet aventurier des temps modernes est né sous le signe de l'ombre en 1986 au sommet d'une tour esotérique. Élevé dans une famille de magiciens-discount, il a développé un goût prononcé pour l'excentricité et la magie des mots dès son plus jeune âge. Pierre a commencé sa carrière de rédacteur dans un fanzine local dédié aux films d'horreur des années 80, tout en poursuivant des études de communication à l'Université de Toulouse. Passionné par l'univers du web, il a rapidement pris conscience de l'impact du numérique et des réseaux sociaux sur notre société. C'est alors qu'il a décidé de troquer sa collection de cassettes VHS contre un ordinateur flambant neuf... enfin presque.

2 commentaires

2 Comments

  1. Pingback: La NASA dévoile son avion X. Il survolera les États-Unis à des vitesses extrêmes. - 300BESTAVIATION

  2. Pingback: La NASA dévoile son avion X. Il survolera les États-Unis à des vitesses extrêmes. - TOP100AVIATION

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2014-2023 - Indigo Buzz, site d'actualité collaboratif abordant les sujets comme l'high-tech, le web, les jeux vidéo, lifestyle ou encore le mobile !